Une manifestation a eu lieu le 28 janvier devant le building du parlement israélien, en protestation contre l’assassinat des manifestants dans la ville occupée de Rafah, et contre la continuation de l’occupation. Ont participé à cette manifestation des membres de plusieurs organisations politiques ainsi que des personnes non-organisées. Les manifestants ont présenté une lettre de protestation au président du parlement israélien. Le contenu et l’existence même de la lettre ont été ignorés de tous les partis et de la presse (excepté l’hebdomadaire de Rakah – le parti communiste israélien, dit arabe – qui rapporta la manifestation bien que les membres de ce parti n’avaient pas pris part à la manifestation). Nous portons donc à la connaissance du public le continu de la lettre :

 

Membres de la Knesseth,

Nous, citoyens d’Israël, élevons notre protestation contre votre indifférence, votre silence et votre aveuglement ;

La tuérie de Rafah démontre le vrai visage du parlement, du gouvernement et du régime sioniste en général ;

La tuérie de Rafah est un démenti au mensonge accepté par vous tous, comme quoi l’occupation serait libérale. Il n’y a pas d’occupation libérale.

La tuérie de Rafah fait partie de la dégénérescence de la politique israélienne dans les territoires occupés. La situation ne peut pas s’améliorer, bien au contraire même. Mais vous, de votre côté, vous allez continuer à vous taire.

Confronté à votre silence, nous déclarons : vous ne nous représentez pas.

Un message contre l’occupation et contre la tuérie de Rafah fut envoyé par les manifestants aux femmes de la Jérusalem orientale qui tenaient une grève sur les lieux à l’intérieur de l’eglise du Saint Sépulcre. Une délégation des manifestants qui se rendait à l’eglise devait être arrêtée par un cordon de police aux portes de l’eglise. Le texte de la lettre ci-dessous a pu être transmis aux femmes se trouvant à l’intérieur, accompagné du message suivant :

Nous sommes solidaires avec votre action de grève sur les lieux à l’intérieur de l’eglise du Saint Sépulcre à Jérusalem. Comme vous nous condamnons et protestons contre les incidents qui ont eu lieu récemment. Nous considérons que les actes de solidarité et de coopération de ce genre sont la seule façon d’oeuvrer pour un avenir commun des peuples habitant ce pays.

A bas la répression !

A bas l’occupation !

La délégation de manifestants solidaires avec les femmes grévistes, dans la cour de l’église du Saint-Sépulcre.

(Note du Traducteur : Des photos accompagnent ce reportage de Matzpen. On y voit les manifestants portant les slogans suivants, écrits en hébreu et en arabe :

« A bas l’occupation ! »

« Aujourd’hui Rafah, et demain ? »

« C’est une manifestation judéo-arabe contre l’occupation ! » etc.)

Matzpen : mars 1969