Le conflit du Moyen-Orient est en premier lieu un conflit palestinien, plutôt que judéo-arabe ou moyen-oriental : Il concerne en premier lieu le peuple palestinien, car c’est lui qui a été privé de ses droits nationaux et c’est lui qui est engagé dans la lutte pour l’affirmation de ses droits.

La Palestine est la patrie de deux peuples : le peuple palestinien arabe et le peuple israélien juif. Il en résulte que l’expression libre des droits nationaux des deux peuples doit être satisfaite dans un seul pays. Notre soutien est acquis aux révolutionnaires des deux côtés qui luttent pour la solidarité internationnaliste, pour qu’aucun des deux peuples n’impose sa solution – une solution nationaliste – sur l’autre peuple. Le sionisme signifie la domination du peuple arabe par le peuple juif ; c’est l’état des choses à l’heure actuelle. La domination du peuple juif par les arabes est le but des éléments chauvins dans le monde arabe. Nous devons combattre l’une comme l’autre des deux formes de chauvinisme et de réaction sociale.

La seule façon de résoudre les problèmes nationaux est de les dépasser, et la seule façon d’y arriver est de lutter pour le droit de chaque peuple à décider de son propre sort. Dans le cas de la Palestine cela signifie :

– Le peuple israélien-juif et le peuple palestinien-arabe, ou les peuples juifs et arabes de la Palestine (ou Chanaan), ne peuvent pas déterminer leur propre sort sans prendre en considération en même temps les droits nationaux de l’autre peuple ;

– La création, ou plutôt le maintien, d’un état juif séparé – Israël – implique la négation des droits nationaux du peuple arabe ; toute solution qui envisage la création d’un état palestinien arabe signifierait la négation des droits nationaux du peuple israélien ;

– La création d’une Palestine démocratique, sans discrimination ethnique ou religieuse, quelqu’en soit le groupe ethnique qui détient la majorité, est la seule solution permettant une expression libre des droits des deux peuples.

Le droit de décider de son propre sort est actuellement nié au peuple palestinien arabe, qui a engagé une lutte armée pour l’affirmation de ses droits nationaux. Le peuple israélien juif, bien que disposant formellement de ses droits nationaux, n’exerce ses droits actuellement que par l’oppression de l’autre peuple, et de ce fait il n’est pas libre lui-même. Le peuple israélien juif est dominé par ses éléments nationalistes et réactionnaires, étroitement liés et dépendants du mouvement sioniste mondial et du capitalisme juif, lui-même un allié, une partie intégrante et un outil de l’impérialisme occidental. Le rôle imparti par le sionisme mondial et par la réaction locale à l’ouvrier israélien, celui-ci a le choix entre devenir l’assassin du résistant arabe ou d’être assassiné à son tour.

Notre but est de contribuer à l’émergence d’une lutte révolutionnaire commune aux deux peuples, qui, dans les circonstances actuelles, est la seule voie permettant la libre expression des droits des deux peuples à décider de leur propre sort. La lutte armée engagée par le peuple palestinien pourrait être la première phase de ce processus révolutionnaire.

La solution correcte et révolutionnaire du problème palestinien est d’une importance capitale pour toute la région. La lutte populaire armée, pour autant qu’elle dépasse le cadre et les idéologies nationales, qu’elle devienne la lutte commune des deux peuples, renforcera la lutte anti-impérialiste des pays arabes, et contribuera à la création de l’Union Socialiste des pays du Moyen-Orient, qui est le but final et la seule solution stable aux problèmes nationaux et sociaux de la région, y compris le conflit israélo-arabe.