Des Israéliens manifestent devant l’ambassade d’Israël à Londres et demandent la libération des prisonniers politiques: refusants de la conscription, Black Panthers et militants anti-occupation (1971)

Reuven Lassman, membre de l’Organisation révolutionaire israélienne – Matzpen – vient d’être arrêté le lundi 6 septembre 1971 par la police militaire à Jérusalem. Nous apprenons qu’il a été incarcéré dans la prison militaire n° 6 connue pour les conditions de détention particulièrement dures. Motif de l’arrestation : refus d’accomplir le service militaire, ou plus exactement, selon l’acte d’accusation officiel : retard de se présenter pour accomplir son devoir militaire. Un premier ordre de détention de trois semaines a été émis contre Reuven Lassman, qui sera sans doute renouvelé s’il persiste dans son refus de servir dans les forces armées israéliennes.

Notre camarade Reuven Lassman fait partie d’un groupe de quatre jeunes Israéliens qui ont envoyé le 2 août 1971 une lettre collective au ministre de la Défense annonçant leur intention de refuser de se plier à leur ordre d’incorporation prochain. Voici le texte intégral de cette lettre :

Monsieur le ministre de la Défense Moshé Dayan,
Ministère de la Défense,
Hakirya, Tel-Aviv.

Monsieur le ministre,

Nous sommes un groupe de jeunes gens qui, à la veille de leur incorporation et après mûres réflexions sur la situation, sommes arrivés à la conclusion : nous ne sommes pas prêts à servir dans les forces armées.

Les jeunes gens meurent dans ce pays sur les champs de bataille de la politique intérieure (cf. l’étude récente du Dr Shlomo Aharonson et du Dr Dan Horowitz) et non point pour un idéal noble, comme l’a dit très justement un publiciste de Tel-Aviv : « Pour chaque mort aux bords du canal, un homme s’enrichit à Tel-Aviv. »

Nous ne sommes pas prêts à servir dans une armée d’occupation, car l’histoire nous prouve que l’occupation signifie domination étrangère, domination étrangère signifie résistance, résistance signifie répression, répression signifie terreur et contre-terreur.

Ce n’est pas l’attitude cynique du gouvernement pour la vie des jeunes gens qui nous obligera à poser notre candidature à la colonne nécrologique des journaux, de même que nous ne désirons nullement faire l’objet d’une œuvre littéraire à la mémoire de… Nous ne voulons pas faire du mal au gouvernement mais nous ne voulons pas non plus être réduits par le gouvernement à une situation où nous serons au-delà de la sensation du mal.

Nous sommes fermement résolus de refuser notre participation dans l’oppression d’un peuple. Nous ne sommes pas prêts d’agir envers un autre de la même manière qu’on avait agi contre nos parents, grands-parents ou arrière-grands-pères.

Nous sommes conscients du fait que tous les mass media sont à la disposition du gouvernement tandis que nous ne sommes que quatre jeunes gens qui refusent de se plier à l’ordre d’un régime qui ne correspond en rien à leurs aspirations.

Veuillez trouver ci-joint nos livrets militaires :

Nom – N° carte d’identité – Date d’incorporation

Dov Gal – 5173790 – 15-8-1971

Reuven Lassman – 6452580 – 15-8-1971

Giyora Neuman – 6494474 – 15-11-1971

Irith Yaacobi (Mlle) – 5173715 – 31-11-1971

Copies adressées aux : Chef d’Etat-Major ; Premier ministre Mme Golda Meir ; Chef du Service de la main-d’œuvre, Zahal ; Amnon Zichroni, avocat à la Cour ; Ombudsman (contrôleur d’Etat) ; Délégation de l’O.N.U. en Israël ; Membres de la Knesseth ; Bureaux de recrutement, Jérusalem, Tel-Aviv ; Haïm Zadok, président de la Commission des Affaires étrangères et de la Défense de la Knesseth ; Presse locale et internationale.

Dessin animé: Shimon Tzabar

Le Matzpen a de son côté publié la déclaration suivante le 7-8-71 :

  • L’exploitation engendre les grèves et luttes ouvrières ; la discrimination engendre les « panthères noires » ; l’oppression des Palestiniens et leur expropriation engendrent à la fois la résistance et le refus de servir dans l’armée.
  • L’Organisation socialiste israélienne – Matzpen – lutte contre l’exploitation, contre la discrimination et contre l’oppression.

C’est pourquoi nous soutenons les luttes ouvrières contre l’exploitation, appuyons la lutte des panthères contre la discrimination, reconnaissons le droit d’un peuple opprimé de lutter pour sa libération et défendons le droit des jeunes Israéliens de refuser le service dans un appareil d’oppression militaire.

Le camarade Dov Gal qui devait également se présenter le 15-8-71 a entre-temps rejoint l’armée. Le camarade Reuven Lassman, après trois semaines de détention, a été incorporé dans l’armée, et nous ignorons dans quelles conditions cela a été fait.

Dernière minute : Nous apprenons que le camarade Giyora Neuman a maintenu son refus de servir dans l’armée israélienne et qu’il avait été arrêté peu de temps après sa date d’incorporation (15-11-71). Au moment de mettre sous presse il se trouve toujours en prison.

*

Déclaration de Juifs américains et israéliens
sur le refus du service militaire en Israël

Nous, soussignés, constatons avec espoir et profond respect le courant qui se développe actuellement par tout le monde : l’exercice d’un jugement politique indépendant par les citoyens de nombreux Etats-nation, et leur détermination de s’engager politiquement et personnellement sur la base d’une conscience individuelle. Ces critiques et engagements concernent presque toujours leur propre société. Ils sont dirigés en premier lieu contre l’appareil de force au pouvoir dans les pays où s’expriment les contestateurs, et ils sont ressentis tout d’abord comme une menace contre le bien-être de leurs concitoyens. Toutefois, l’expression de la conscience individuelle et l’engagement collectif nous paraissent être essentiels pour le respect de la dignité de l’individu et de la commune et pour redresser les torts. Ils sont également importants pour encourager la réciprocité ailleurs.

C’est dans cette perspective que nous, soussignés, donnons notre plein soutien à Dov Gal, Reuven Lassman, Giyora Neuman et Irith Yaakobi dans leur acte public commun de refus à accomplir le service militaire dans l’armée israélienne. Leur refus est motivé, entre autres choses, par leur opposition à la ligne politique poursuivie par l’établissement sioniste en général, et par la politique appliquée dans les territoires occupés en particulier : détentions administratives, confiscation de terres appartenant aux Arabes, dynamitage de maisons, expulsion de masse de la population palestinienne arabe, torture, salaires de sous-alimentation à Gaza et la négation des droits politiques et civils pleins et égaux à tous. Leur pas est cou- rageux, et d’une importance capitale pour l’introduction des changements politiques radicaux et pour l’avènement de la justice sociale pleine et entière à la fois pour le peuple israélien juif et pour le peuple palestinien arabe, et pour ceux du Proche-Orient en général. C’est notre espoir sincère qu’aussi bien parmi les Juifs israéliens que parmi les Arabes palestiniens et autres peuples arabes, tous ceux que la conscience et l’éveil politique amènent à s’opposer à la politique oppressive et injuste de leurs peuples et gouvernements respectifs, le feront ouvertement et vite.

(Eté 1971.)

Signatures : Noam Chomsky, Boston ; Roslyn Zinn, Boston ; Howard Zinn, Boston ; Beverly Woodward, Boston ; David Deitch, Boston ; Uri Davis, Boston ; Nira Davis, Boston ; Emmanuel Farjoun, Boston ; Aliza Dror, Boston ; Everett Gendller, Boston ; Allan Salomonow, New York ; Igal Roodenko, New York ; Michael Robinson, New York ; Norton Mezvinsky, New York ; Rabi Elmer Berger, New York ; Paul Jacobs, Sans Francisco ; Mike Tabor, Washington.

[voir le suivant : Déclaration de Matzpen sur le projet de Conférence internationale pour la paix et la justice au Moyen-Orient]